Les EPN et le dispositif Cyber-base®, solution à l’accès au numérique pour tous ?

jeudi 1 juillet 10

Emploi, éducation, administration, culture, loisirs, …

Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) occupent une place sans cesse croissante dans la société et ont provoqué l’émergence d’enjeux nationaux à relever.

Des dépenses informatiques en croissance continue

La fin des années 90 a définitivement marqué le passage à l’ère numérique. Depuis ce temps, l’engouement et l’utilisation des produits et services technologiques n’ont jamais faibli.

Pour preuve, les dépenses informatiques pèsent en 2008, 7% des dépenses culturelles et de loisirs des Français, soit 6,8 milliards d’euros.

Une étude menée par le Ministère de la Culture sur la diffusion et l’utilisation des TIC en France et en Europe en 2009 indique d’ailleurs, que ces dépenses ont connu une croissance globale de plus de 30% depuis 1997.

Un Français sur deux utilise quotidiennement un ordinateur…

Effectivement, 74% des foyers français sont équipés en informatique en 2009 et l’utilisation de l’ordinateur serait quotidienne pour 56% des Français équipés.

Ce niveau favorable d’équipement matériel est à associer à un taux croissant d’accès à Internet depuis 1998, s’établissant à 67% des foyers français en 2009.

Une situation relativement délicate qui, en 2008, place la France au 13ème rang européen, au même rang que l’Estonie.

… mais 20% des Français déclarent ne jamais avoir utilisé d’ordinateur en 2009

L’utilisation de l’ordinateur et l’accès à Internet en France sont encore soumis à de fortes inégalités géographiques, culturelles et sociales, qui illustrent ce qui est communément appelé la fracture numérique et la fracture d’usage et d’équipement.

En effet, les écarts régionaux relatifs à l’utilisation de l’ordinateur et aux pratiques numériques sont particulièrement importants. Si 15% des Franciliens indiquent ne pas avoir utilisé d’ordinateur en 2009, cette statistique concerne 31% des particuliers du Nord-Pas-de-Calais et 28% des habitants de l’Ouest de la France.

Le déploiement des EPN pour réduire le fossé numérique

Dans ce cadre, les pouvoirs publics se sont mobilisés dès 1997, à travers le discours du premier ministre de l’époque, Lionel Jospin, qui annonça à Hourtin le 25 août 1997, sa volonté de diminuer le fossé séparant les citoyens maîtrisant les TIC du reste de la population, via notamment l’équipement de lieux publics permettant l’accès au plus grand nombre aux services de l’Etat.

Ce discours marqua le déploiement de structures appelées « Espace Public Numérique » ayant pour vocation d’initier et de sensibiliser tous les publics à Internet et aux outils multimédia, et de les rendre autonomes dans l’utilisation de ces derniers.

Au niveau national, plusieurs dispositifs d’EPN ont été lancés :

  • Le Ministère de la Culture a encouragé le développement d’« Espaces Cultures Multimédia » pour favoriser la dimension culturelle et artistique d’Internet.
  • Le Ministère de la Jeunesse et des Sports a soutenu les « Points Cyb-espace jeune numérique ».

Parmi le paysage des points d’accès public au multimédia, référencé sous le label NetPublic depuis octobre 2003, le réseau Cyber-base® constitue une véritable référence.

En effet, le réseau Cyber-base® qui s’étend sur le territoire depuis l’an 2000, est aujourd’hui le premier réseau d’EPN en France. En juin 2010, il couvre près de ¾ des départements et représente notamment plus de 800 sites, 2 000 000 de visites par an, et 1 900 animateurs.

Du concept au label « Cyber-base® »

Dans le cadre du développement de divers dispositifs d’EPN, la Caisse des Dépôts a été mandatée en juillet 2000 par le Comité Interministériel de la Société de l’Information (CISI) pour déployer 400 espaces Cyber-base® visant à « réduire le fossé numérique » et à « donner à tous la possibilité de maîtriser les outils de la société de l’information, en permettant à chacun de se familiariser avec la micro-informatique et l’Internet ».

Ce mandat national marque la naissance du concept Cyber-base®.

La valeur ajoutée du concept Cyber-base® repose notamment sur une charte de labellisation qui vise à conférer une identité forte au dispositif et à garantir sa pérennité.

L’obtention du label « Cyber-base® » implique, entre autre, le respect des éléments suivants :

  • Le projet est porté par une structure publique pérenne, telle qu’une collectivité locale,
  • L’espace multimédia, à but non lucratif, est ouvert à tous les publics,
  • L’espace multimédia est géré par une équipe d’animateurs professionnels, …

L’espace Cyber-base® s’affirme incontestablement comme un outil au service des politiques publiques locales, susceptible de répondre aux besoins recensés par les collectivités tels que l’éducation, la culture, l’emploi, l’insertion, …

La Caisse des Dépôts, partenaire historique des collectivités pour l’aménagement de leur territoire, participe ainsi à l’investissement initial nécessaire à la mise en place de l’espace Cyber-base®, et assure également une assistance à la maîtrise d’ouvrage du projet, pour accompagner la collectivité tout au long du déploiement de son espace en vue de l’obtention tant attendue du label « Cyber-base ».

Un dispositif en réseau

Le succès des espaces Cyber-base® repose en grande partie sur le réseau des 1 900 animateurs, qui gèrent et animent leur espace et développent leur offre de services.

En complément d’une formation initiale technique et pédagogique, ces derniers bénéficient d’un dispositif d’animation et d’accompagnement national, soutenu par un portail collaboratif : www.cyber-base.org.

Ce dispositif d’animation et d’accompagnement national vise à :

  • aider les animateurs à structurer leurs activités et leurs services,
  • dynamiser les échanges de la communauté d’animateurs via divers outils de communication (newsletter, forum, chat, sondage, …),
  • fournir aux collectivités les outils nécessaires à l’évaluation de leur action en matière d’accès aux usages d’Internet.

En parallèle, des partenaires tels que Pôle Emploi, la Direction Générale des Finances Publiques, Universalis, Maxicours, … participent activement à la vie de ce réseau référent.

Un succès reconnu et source de développement

Depuis une décennie, l’essor de ce dispositif national a été ponctué par plusieurs temps forts qui ont contribué à forger sa référence dans le paysage des points d’accès publics au multimédia.

Une convention, signée en mai 2005, entre la Caisse des Dépôts et le Ministère de l’Emploi pour l’ouverture de 50 espaces « Cyber-base® emploi », sera complétée deux ans plus tard par une convention avec le Ministère de la Justice pour le déploiement de 10 espaces « Cyber-base® justice » en France.

En parallèle, face au succès rencontré auprès des collectivités par le programme Cyber-base®, le Ministère de l’Education Nationale sollicita la Caisse des Dépôts en octobre 2008, pour déployer 400 espaces Cyber-base® dans les écoles primaires d’ici 2013.

Inciter l’utilisation des TIC dès le plus jeune âge, promouvoir l’égalité des chances et favoriser l’accompagnement à la scolarité constituent quelques uns des objectifs de ce protocole.

Ce projet tentera ainsi de répondre à l’un des enjeux majeurs de l’école, à savoir prendre le virage du numérique, véritable levier de modernisation et de réussite scolaire.

Au final, le concept Cyber-base® vise et réussit indéniablement à améliorer l’accès et l’appropriation des TIC, au sein notamment de zones reculées pour lesquelles l’EPN constitue bien plus qu’un lieu de savoir, mais un véritable lieu d’échanges et de création de lien social.

Romain


Sources :

  • Insee, comptes nationaux – Dépenses culturelles et de loisirs, 2008
  • CREDOC, Enquêtes sur les « Conditions de vie et les Aspirations des Français », 2009
  • Ministère de la Culture, Diffusion et utilisation des TIC en France et en Europe en 2009
  • Dossier de presse Cyber-base®, mai 2009
Publicités

Le numérique en forte progression dans les foyers, favorisé par la présence d’enfants

mercredi 18 novembre 09

Au cours de ces dernières années, les investissements numériques dans le système éducatif, tant public que privé, ont été importants de la part de l’État et des collectivités territoriales (infrastructures, réseaux, ordinateurs, services, contenus, formations, etc…). Le raccordement en haut débit des établissements scolaires tout comme l’équipement en matériel informatique ou les outils pédagogiques multimédia sont des priorités pour les collectivités territoriales et le ministère de l’Éducation nationale.

Les familles ont accompagné ce mouvement. La présence d’enfants au sein des foyers est en effet un levier majeur de la diffusion d’Internet au sein des ménages.

Quelques chiffres permettent de mettre en perspectives l’état de l’équipement et des usages TIC de la population française en 2008 (sources : Arcep / Crédoc 2008 / Médiamétrie comparatif 2007-2008) :

En termes d’équipements :

  • Plus de 2/3 de la population est équipée d’un ordinateur
  • La présence d’enfants joue : à fin 2008, 56,5% des foyers sans enfant sont équipés en ordinateurs contre 90,8% des foyers lorsque un ou des enfant de moins de 15 ans y sont présents. Le taux d’équipements des foyers avec enfant(s) a augmenté de près de 7% (83,6%) entre fin 2007 et fin 2008.

En termes d’accès Internet :

  • Presque 27 millions de Français de 18 ans et plus sont connectés à Internet à leur domicile
  • La présence d’enfants modifie le comportement des ménages et l’accès à Internet : 49,8% des foyers sans enfants ont accès à Internet contre 83,1% des foyers avec présence d’enfants de moins de 15 ans. Le taux d’accès à Internet des foyers avec enfants a augmenté de près de 12% (71,6%) entre fin 2007 et fin 2008
  • 96% des connexions à Internet des particuliers sont à haut débit (dont 95% par ADSL)

L’accès et l’usage des TIC par les jeunes (12-17 ans) : l’émergence d’une population de « digital natives » :

  • 92% disposent d’un ordinateur à domicile (37% ont en plusieurs)
  • 85% disposent d’accès à un ordinateur sur le lieu d’études
  • 20% se sont connectés à Internet depuis un lieu public

Parmi les jeunes disposant d’un ordinateur à domicile :

  • 72% l’utilisent tous les jours (20% une à deux fois par semaine)
  • 64% ont effectué du travail à domicile, ces 12 derniers mois
  • 53% ont créé un blog ou un site personnel, dans les 12 derniers mois

Bien que l’équipement des familles soit en nette progression, la mise à disposition de services numériques dans les collèges et les lycées pose aux collectivités territoriales la question de l’égalité d’accès pour tous.

Certaines collectivités mettent ainsi en place des politiques d’équipement, de prix d’accès Internet négociés pour les familles en difficulté, d’autres réfléchissent à d’autres points d’accès (ouverture des établissements scolaires aux parents, ouvertures d’espaces publics numériques avec accompagnement à l’usage informatique).


Opération « Un collégien, un ordinateur portable » : l’accompagnement du changement comme levier du développement des usages

lundi 26 octobre 09

 

Opération "Un collégien, un ordinateur portable"

Le Conseil Général des Landes a mis en place depuis septembre 2001 une politique d’équipement des élèves et des enseignants en classes de 4ème et 3ème. 39 000 ordinateurs portables ont ainsi été distribués dans les 34 collèges du département. Les collèges ont également été dotés de matériels adaptés à l’utilisation en classe de l’informatique (câblage, vidéoprojecteurs, imprimantes, tableaux blancs interactifs, …).

En 2008, le Conseil Général des Landes a souhaité mener une enquête à grande échelle sur l’utilisation des équipements distribués et les usages développés auprès de la communauté éducative impactée (les élèves, les enseignants, les parents et les personnels d’encadrement et de vie scolaire).

Les enseignements principaux de cette étude réalisée par TNS Sofres sont parfois surprenants. En voici quelques uns présentés lors de l’université d’été « Ludovia » le 25 août dernier.

  • L’ordinateur ne modifie pas les pratiques enseignantes : uniquement 57% des enseignants l’utilisent à au moins un cours sur deux.
  • L’utilisation de l’ordinateur dépend de l’âge de l’enseignant : les enseignants qui s’en servent le plus sont les 35-44 ans (67%), suivi des 45-54 ans (58%). Les plus jeunes l’utilisent moins (41%).
  • L’utilisation de l’ordinateur est plus faible dans les matières traditionnelles (mathématique et français). Par contre l’outil s’impose en SVT et en Espagnol.
  • Les professeurs et les élèves ont une faible utilisation des ordinateurs pour faire de la recherche sur Internet
  • Les élèves préfèrent rendre leur devoir sur ordinateurs (72%), mais les enseignants leur demandent encore en majorité de les rendre en manuscrit (plus de 50% en manuscrit, 25% sur ordinateur, ou 25% leur laissent le choix)

changementCette enquête a tout d’abord permis d’aller à l’encontre de certaines idées reçues, telles que par exemple l’implication plus forte des jeunes enseignants dans l’utilisation des ordinateurs.

Elle a également permis de souligner le temps parfois long qui est nécessaire à l’appropriation des TIC à l’école. Les changements profonds qu’ils impliquent dans les méthodes d’enseignement et d’apprentissage, aussi bien au niveau des enseignants, des élèves, des parents et des équipes non enseignantes doivent être accompagnés par tous les acteurs.

Un des enjeux majeurs réside notamment dans la formation des enseignants à l’outil et à ses logiciels pédagogiques, pour un meilleur accompagnement à l’utilisation en classe.

Pour en savoir plus les résultats de l’étude TNS Sofres : http://www.landesinteractives.net/pagesEditos.asp?IDPAGE=228&sX_Menu_selectedID=left_23E7CEFo


Les établissements publics, nouveaux champions des marchés concurrentiels ?

mercredi 3 juin 09


La question peut sembler paradoxale, ou tout au moins provocatrice. Pourtant, nombre d’établissements publics interviennent sur les marchés concurrentiels, sur lesquels ils occupent parfois une position de premier plan. Comment s’explique ce succès ? Quelles sont les forces / faiblesses spécifiques de ces organisations sur les marchés concurrentiels
 ?

Une opposition conceptuelle à dépasser

Initialement conçus pour assurer un service public, s’appuyant sur la notion d’intérêt général, les établissements publics évoluent a priori dans une sphère où les notions de marché et de concurrence n’ont pas place. S’il a pu en être ainsi, la situation actuelle est toute autre et les établissements publics de l’État interviennent largement dans le champ concurrentiel. Quelques exemples permettent de s’en convaincre : l’IGN (Institut Géographique National) est-il ainsi le co-leader du marché français  des cartes papier avec Michelin ; le Cned (Centre National d’Enseignement à Distance) vend quant à lui un large catalogue de formations et est leader de l’enseignement à distance en Europe.

Concrètement, les établissements publics qui interviennent dans le champ concurrentiel font face à une dualité interne : d’une part, ils accomplissent une mission de service public pour laquelle ils reçoivent une dotation sous forme de subvention ; d’autre part, ils sont acteurs du marché et y vendent leurs produits pour assurer leur autofinancement.

Malgré une séparation comptable, culturelle, et parfois même organisationnelle entre ces deux aspects, des interactions existent inévitablement et donnent à ces acteurs originaux un positionnement concurrentiel non dénué d’atouts.

Le label « Service Public », un actif à valoriser ?

Au premier rang de ceux-ci, la notoriété des organisations en question. Forts d’une existence souvent antérieure à leurs principaux concurrents, ils peuvent bénéficier de niveaux de notoriété inaccessibles aux acteurs privés sans investissements conséquents en communication. D’une certaine manière, les missions de Service Public connues et communiquées aux citoyens agissent comme un produit d’appel pour les activités concurrentielles auprès de ces mêmes citoyens, mais cette fois-ci en position de client. Après avoir consulté gratuitement les bases cartographiques de l’IGN sur le site geoportail.fr (relevant de la mission de Service Public, donc subventionné), quoi de plus naturel que de se tourner vers l’IGN pour acheter une carte routière ou de randonnée ?

Non seulement la notoriété est importante, mais aussi est-elle souvent positive. Sont ainsi fréquemment associées aux établissements publics les notions de confiance et de qualité. L’appartenance, au moins pour partie, à la sphère publique joue ici le rôle d’un label de qualité. Même si le service n’est plus rendu au citoyen gratuitement, mais au désormais client contre paiement, les valeurs positives véhiculées par la « marque » sont associées à l’ensemble de son offre, service public réglementé et champ concurrentiel. 

Une culture commerciale à développer

Toutefois, il est des aspects du statut et de la culture d’établissement public qui représentent des obstacles au développement sur le marché concurrentiel.

Le statut tout d’abord. Par leur rattachement sous tutelle à un ministère, les établissements publics ne sont pas totalement libres de l’ensemble de leurs décisions de gestion. La fixation des prix notamment, décision majeure s’il en est, est encadrée et doit être soumise à validation du ministère de tutelle. Au-delà de la décision en elle-même, c’est avant tout le processus y conduisant qui peut s’avérer contraignant, par la longueur de la chaîne de décision et le manque de réactivité associé. Or, sur un marché où le prix est un élément capital de choix pour le consommateur, il est crucial pour toute organisation de pouvoir les ajuster aisément.

La culture ensuite. Même si en théorie les missions sont séparées, certains réflexes prévalant pour l’exercice de la mission de Service Public sont souvent transposés dans le champ concurrentiel. La réticence fréquemment opposée aux actions de communication et de publicité peut conduire à des budgets de communication parfois 3 à 5 fois inférieurs à ceux des concurrents directs en pourcentage de chiffre d’affaire. Conséquence logique, les produits souffrent d’un manque de visibilité, en contradiction avec la notoriété importante dont bénéficie la marque.

En conclusion…

Les établissements publics disposent d’atouts non négligeables qu’ils peuvent valoriser. En conservant l’appartenance à la sphère publique en ce qu’elle a de rassurant pour le client, il leur importe toutefois de prendre un virage culturel. Autrefois simple « usager », le désormais « client » a des attentes spécifiques non seulement sur l’offre mais sur son mode de délivrance (canaux, packaging, …) et les services associés. Travailler à l’optimisation de l’expérience client, en mettant le client au centre des préoccupations, est certainement la clé pour assurer un développement réussi d’un établissement public sur les marchés concurrentiels.

François


%d blogueurs aiment cette page :